jeudi 13 juin 2013

Un Gouverneur diffame le président de la FÉÉCUM

Juste pour vous montrer un exemple de ce que certains membres du Conseil des Gouverneurs pensent des étudiants, voici un commentaire récemment paru sur Facebook, où un Gouverneur accuse sans fondement le président de la FÉÉCUM de causer du vandalisme personnellement:
Le fait que le bris a apparemment eu lieu pendant que M. Arseneau était assis au Conseil des Gouverneurs AVEC M. Léger semble lui avoir échappé, tout comme ses condamnations de tels gestes aussitôt qu'il a eu conscience que c'était arrivé.

Venant d'un Gouverneur qui a déjà questionné la présence d'étudiants au Conseil, ça n'a rien de surprenant...

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Est-ce que Mme Lord va lui offrir des conseils en tant qu'experte en média?

Anonyme a dit…

Il me semble qu’on n’a pas les mêmes exigences langagières pour les gouverneurs que pour les étudiants.

Janik a dit…

En plus d'être déplacé comme commentaire, il y a des fautes de français. Pas fort, M. le gouverneur.

Anonyme a dit…

Qu'il démissionne ou qu'il soit renvoyé! Il est indigne d'avoir un poste aussi prestigieux!

Anonyme a dit…

Awww cute, un professionnel qui se comporte comme un enfant de 8 ans.

Vive Facebook !

Anonyme a dit…

HAHAHAHAHA
Oui, cute..

wow les gens dans les postes au pouvoir sont vraiment en train de prouver que n'importe qui peut faire leur travail. Se coller aux politiciens et perdre son cool, pas trop difficile.
Enfin, c'est encourageant de voir que l'intégrité à sa place parmi les jeunes.

Anonyme a dit…

Bravo à la Féécum qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Encore une preuve s`il en fallait du mépris que ces gens ont pour la jeunnesse qu`ils sont censés former. Très bonne réaction de Kevin et de toute l`équipe ;)

Anonyme a dit…

J'avoue que les propos sont déplacés de la part d'un gouverneur. Par contre, je dois avouer qu'après discussion avec le président de la FÉÉCUM il m'apparait évident qu'il a tendance a s'emporter également. Ne pas partager les mêmes idées touche parfois un côté émotionnel que nous devons contrôler lorsque nos propos sont surveillés à la loupe. Les deux parties doivent en être conscient pour éviter de tomber dans des enfantillages qui n'apportent aucune sympathie du public.

Alexandra Lebreton a dit…

Je trouve que cet homme manque de maturité et ne devrait pas avoir une si grande place au sein de l'Université de Moncton.