lundi 17 novembre 2008

Réponse du ministre de l'EPS à la manif

En réponse à notre manifestation ainsi qu'à nos pressions politiques, notre mémoire sur l'endettement étudiant et nos différentes rencontres avec des membres du cabinet, le nouveau ministre de l'éducation postsecondaire, M. Donald Arseneault, nous a envoyé une lettre. La voici!

Présidents-es des associations étudiantes,

Il y a cinq jours, j'ai été nommé le nouveau ministre des Études postsecondaires, formation et du travail. C'est certain que je n'ai pas encore eu l'opportunité de digérer complètement l'ensemble de mes dossiers à l'intérieur de mon portfolio. Parcontre, je vais être très clair: vous, les étudiants, êtes une priorité très importante pour moi. Étant le plus jeune ministre au sein de notre gouvernement, je comprends très bien les défis que les étudiants du Nouveau-Brunswick font face et je veux travailler avec vous afin de trouver des solutions. J'ai lu avec grand intérêt votre réponse au Plan d'action gouvernemental sur l'éducation postsecondaire et je m'engage à vous rencontrer, avant noêl, afin de discuter de vos idées qui sont incluses dans le document. Ma porte sera toujours ouverte à vous et j'ai hâte de travailler avec vous dans un avenir rapproché.

Sincèrement,

Donald Arseneault
Ministre des Études postsecondaires, formation et travail


Qu'en pensez-vous? Lueur au bout du tunnel?

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Que de bonnes intentions! Bravo au nouveau ministre! Cependant, sa réponse souffre de pauvreté grammaticale. Comment un individu peut-il être digne de commander tout un ministère alors qu'il ne maîtrise même pas sa propre langue? La langue n'est-elle pas un miroir de la capacité intellectuelle? Ahh ce cher gouvernement provincial! Pauvre économiquement, pauvre linguistiquement et pauvre en esprit!

Anonyme a dit…

Oui, j'avoue que c'est de belles paroles, mais si cette rencontre ne satisfait pas les étudiants, allons nous nous croisez les bras et attendre que quelque chose se passe. Des manifestations du genre devraient se produire plus souvent, car c'est en montrant notre intérêt pour la cause que les choses peuvent changer!

Anonyme a dit…

Ne jugeons pas la façon d'articuler du ministre, car il pourrait développer un complexe linguistique et cesser de communiquer avec nous.

Steeve Ferron a dit…

Le remaniement ministériel que Graham a effectué: une technique pour gagner du temps?

En attendant, il nous donne de l'espoir! Pourtant, il n'a toujours pas dit qu'il était d'accord avec nos revendications. Il a bien sûr dit que les étudiant.e.s sa priorité, tout comme l'avait dit l'ancien ministre... Et lorsqu'il se compare aux étudiant.e.s en affirmant qu'il partage les mêmes inquiétudes, je réponds: combien gagne annuellement un ministre? Il est impossible qu'il partage le même point de vue, puisqu'il ne vit définitivement pas la même situation à chaque matin lorsqu'il se lève. Mais ce n'est pas grave, puisque de toute façon, un ministre ne devrait pas apporter ses expériences personnelles pour justifier ses décisions, mais plutôt écouter la population...

Pour l'instant, l'objectif du présent gouvernement demeure exactement le même: le statu quo, peu importe qui est le ministre. N'attendons pas sa réaction pour réaffirmer que nous ne sommes pas d'accord. Nous changerons d'opinion lorsqu'il y aura des changements sensés et légitimes apportés.

Steeve Ferron a dit…

S'il y a quelques petites coquilles dans son texte, cela nous porte à croire au moins que ce n'est pas une secrétaire qui s'est adressée à nous, mais lui en personne.

Anonyme a dit…

"La langue n'est-elle pas un miroir de la capacité intellectuelle"

Pas du tout.

Steeve Ferron a dit…

En effet, la langue aurait comme fonction sociale, autre que de communiquer, de définir qui on est par rapport aux autres en société. Elle est probablement le marqueur identitaire le plus fort chez un peuple et ses frontières ne sont pas hermétiques.

Qu'est-ce que l'intelligence, sinon qu'un simple idéal culturel?


"…a definition of language is always, implicitly or explicitly, a
definition of human beings in the world." -Williams, Raymond, 1977, Marxism and Literature. p. 21, Oxford : Oxford University Press.

Steeve Ferron a dit…

Et bien sûr, l'idée que la compétence langagière soit le reflet de l'intelligence est un mythe.

Melodiell a dit…

Jai ben hate de voir ce qu'il va nous offrir...

Anonyme a dit…

Cette réponse semble simplement indiquer que le ministre a soudainement prit conscience de notre présence. Que nous sommes une priorité importante n'est pas un accomplissement, c'est ce qui nous est dû dès le début !

Pascal RN a dit…

Cette lettre ne semble pas être une réponse face aux "pressions politiques, notre mémoire sur l'endettement étudiant et nos différentes rencontres avec des membres du cabinet". Il ne fait aucunement référence à la manifestation et fait une simple mention de "réponse au Plan d'action gouvernemental sur l'éducation postsecondaire", ce qui peut signifier aussi peu qu'une citation dans les médias.

En fait, la lettre ressemble à un petit message envoyé par un nouveau ministre aux gens avec qui il va travailler dans les prochains mois, un peu à la manière d'une carte de voeux des fêtes.

Il ne faut pas s'arrêter là, une lettre bénigne, ça ne règle pas l'écrasante dette étudiante des étudiant(e)s néo-brunswickois(es).

Steeve Ferron a dit…

Je suis d'accord avec Pascal.